Le combat imposé

Comment aimer et qu’est-ce qu’aimer ?
Comment vivre et qu’est-ce que vivre ?

Quelle est le lieu dans ma vie où la vérité prend tout son sens ?
Ma maladie.
Car elle est invisible et cachée, et en même temps puissamment douloureuse, puissamment présente, puissamment contraignante, puissamment combattue.
Ma maladie, c’est le plus grand combat que je mène.
Pourtant, ce combat est caché.
Tout combat dans l’éclat et la reconnaissance est plus facile. Tout combat dans l’ombre et la solitude est plus pesant et plus dur.
Dieu…
Ton combat contre le mal, Dieu, quel est-il ?
Te bats-tu, toi aussi, contre l’ombre ?
Trouves-tu du sens à la souffrance ?
Il est difficile de comprendre ton impuissance, ton incapacité à nous tirer du mal. Ma plus grande souffrance reste celle de voir mes rêves inachevés, de voir ma vie si éloignée de ce qu’elle aurait dû être…
Accepter que ma vie ne soit pas plus normale.
Accepter que mes rêves ne puissent forcément aboutir.
Accepter que mon combat soit celui des malades et non celui des porteurs de paix.
A la place, je me bats dans l’ombre sans comprendre grand-chose à ce combat si ce n’est qu’il est le mien et que je dois le mener jusqu’au bout.
L’ombre. La peur. L’angoisse.
Rester à pleurer des heures.
Sans aucun doute y-t-il du sens aux ténèbres. Sinon, quel serait le sens de ce combat contre l’ombre ?
Sans doute y-a-t-il du sens à la nuit.
J’ignore lequel.
Ton impuissance à me sauver des angoisses qui me traversent a sûrement une explication.
De même que ton silence des années durant…

Sans doute aurai-je la réponse un jour, ce jour où viendra m’envahir la lumière.
En attendant, je me bats dans l’arène face à ces fauves que je n’ai pas choisis et qui me tombent dessus sans relâche. Ces peurs. Ce découragement.
Et ce combat est à revivre, et à revivre encore. Il n’y a rien à en tirer, aucune gloire, aucune réussite. Pas de prix, pas de reconnaissance, pas de remerciements. On crache ses poumons et on remet ça, encore. Et accepter le combat veut aussi dire accepter que le combat soit gratuit.
Alors, un jour, on comprend quelque-chose.
Une lueur se fait en nous : il faudra s’habituer à la peur.
Et si le combat existe, il n’empêchera pas d’aimer la vie.
Les fauves, quels qu’ils soient, ne pourront rien contre la lumière de l’aube.
Ils ne pourront rien contre la vie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s