Le cri

Il faut bien crier la beauté de la vie, même faible…
Hurler un peu que nous méritons, nous aussi, une place dans ces sociétés pleines de perfection et de performance.

Qu’est-ce que la force? Est-ce l’absence de faiblesse? Est-ce l’absence de faille?

Non. La force… Ou plutôt devrait-on la nommer « je remplis ma vie de toute mon existence ».
Puisque la force c’est connaître la faille, la nommer et même la remplir pleinement de nous-même.
Comme un torrent coulant dans la montagne et épousant toutes les failles du sol.
Car nous avons tous des failles.

Mais quelle place, dans nos vies, leur accordons-nous?
Peut-être la dernière place.
Peut-être même n’ont-elles pas d’espace à elles.

J’ai décidé de prendre ma maladie comme une faille à explorer.
J’ai décidé de l’aimer.
J’ai décidé de lui dire « merci ».

Merci car c’est elle qui me permet de faire jaillir ce cri du fond de moi-même : « quel sens trouver à la faiblesse? »

Et ce cri que jusqu’alors je croyais uniquement mien semble bel et bien éveiller des réponses.

Rares sont ceux qui ne connaissent pas, un jour, leurs propres failles. Et pourtant, rares sont ceux qui osent parler de la faiblesse.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s