La boussole

Voilà la direction.
Voilà la boussole : écrire.
Écrire pour parler de nos failles.
Écrire pour hurler encore un peu, pour dire enfin que nous ne sommes pas des surhommes.
Nous sommes faits de forces et de failles.

Moi, mais aussi les autres : nous méritons d’être aussi regardés avec nos faiblesses, sans dégoût, sans peurs, et même, sans jugement de valeur.

Et qui de nous peut prétendre que la différence n’est pas précieuse? La différence, c’est aussi et avant tout nos différentes façon d’avoir en nous des failles qui nous dépassent parfois. Car en tant que différence, la faiblesse rend riche. Riche de réveiller en l’autre sa propre relation à sa propre faille. Riche de réveiller en nous une façon de vivre qui soit en harmonie avec cette faiblesse qui est notre.
Car si l’on rejette les faibles, qui survivrait?

Et pourtant, j’ai cette impression parfois d’être mise à l’écart pour ma fragilité. Mais on ne peut pas rejeter quelqu’un sans remettre en question son identité elle-même.

Qui sommes-nous?
De quoi sommes-nous faits?

C’est en répondant à ces questions que l’on pourra mieux comprendre la place à donner à la fragilité.

Et je le crois : la fragilité a sa place. Non pas qu’elle soit toujours belle. Non pas qu’elle soit toujours agréable. Mais qui a dit que seule la facilité avait sa place? La fragilité fait peur car elle va à l’encontre de ce que toute la société propose.

Et pourtant : il n’y a pas que la facilité qui soit à vivre.
La difficulté fait partie de la vie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s