Lettre 4 – Petit

Souffrant du monde,

Toi blessé, toi petit, toi faible.
Toi pour qui j’écris, où que tu sois, qui que tu sois.
Ne t’en fais pas.

Tu es plus grand que tout ça. Tu es bien plus que ta vie. Tu es bien plus que cette fragilité qui peut-être est la tienne.

Tu es beau.
Beau de cette humanité en toi.
Beau de cette puissance de Dieu en toi.
Beau de cet amour dont tu as soif.

Je ne sais pas qui tu es, je ne connais pas ta vie.
Mais je sais cela.
Tu es beau.
Beau car au fond de toi se trouve cette vie qui cherche à jaillir.
Cette vie belle, pure, libre, enthousiaste.
Cette vie aimante.
Cette vie lumineuse.
Et tu sais tout comme moi à quel point la souffrance ou la fragilité donne cette impression de ne pas pouvoir vivre cette vie-là.
La vie que l’on mérite de vivre.
La vie qui nous conduit au bonheur.
Et pourtant.

Pourtant cette vie pleine de lumière est possible.
Même faible, même malade.
Même blessé.
Même enfermé.
Même seul, oublié, délaissé.
Même souffrant.
Même ignoré.

Chacun est concerné par la lumière, chacun peut la trouver.
Quelle que soit sa vie.
Quelle que soit l’injustice qui l’entrave.
Quel que soit son passé.

Et c’est pour ça que j’écris. Afin qu’on le sache.
Afin qu’on l’entende.
Afin qu’on le vive.

Afin que tu sois toi aussi pleinement vivant, toi pour qui j’écris.
Toi le pauvre, quelle que soit ta pauvreté.
Toi le malade, toi le fou, toi l’estropié.
Toi le solitaire, toi le jugé, toi l’étranger, toi le faible.
Toi l’aimé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s