Pour la vie

La quête passe par là.
Je ne veux pas me lasser de chercher.

Quel sens, Seigneur, pour ma vie?
Je commence à voir quelque-chose… Une profondeur, une utilité au monde… Un sens inouï et difficilement compréhensible sans doute…
Dans tout mon être quelque-chose se forge. C’est Toi, Seigneur, qui forge.
Merci.
J’ai tout à coup cette chance incroyable d’avoir compris quelque-chose au sens de ma faiblesse.
Vivre avec le monde.
Creuser au plus profond de moi cet amour pour la vie.
Ce lien entre moi et les autres.
Car au plus profond de ma douleur se trouve aussi la douleur de l’autre.
Qui bat.
Qui bat avec moi des ailes, invisiblement.

A quoi servent les combats invisibles?
Pourquoi les malades souffrent-ils? Pourquoi ce combat pour la vie?
A quoi et à qui sert-il?

Si je me bats contre la nuit, je me bats forcément avec tous ceux qui se battent aussi contre elle.
Et au fond de ma douleur se trouve aussi la douleur de l’autre, chevillée à mon coeur.

Je sais qu’avec ma maladie, avec cette souffrance qui me déchire parfois, je suis au plus profond de moi chevillée à Ton coeur souffrant.
Car cette souffrance injuste et inacceptable de ma maladie me permet au moins de l’empathie.
Et plus que l’empathie, cela me permet le coeur à coeur avec tous ceux qui souffrent, pour qui la vie est rude.

Le mal.
Pourquoi souffre-t-on et pourquoi d’autres moins?
Pourquoi certains font le mal?
Pourquoi choisissent-ils de faire le mal?
J’ai parfois des difficultés à comprendre tout cela.

J’ai décidé de chercher le sens de ma propre vie, cette vie douloureusement atteinte par la maladie.
J’ai décidé, aussi, que ce sens méritait qu’on le cherche.
Car ma vie, telle qu’elle est, est précieuse.
Cela veut dire que la maladie ne détruit pas la vie.
La faiblesse n’empêche pas la vie.
Et la difficulté des choses ne rend pas la vie moins belle.
Bien au contraire.
Marcher dans le noir ne nous fait que mieux goûter le soleil, le chercher, le désirer.
Je sais que cela parait fou.
Mais pourtant, je crois bien que c’est vrai.

Prenons les choses à l’envers.
Choisissons de regarder les choses du côté de ceux qui luttent.
Ceux qui se battent sans personne pour les applaudir à la fin du round.
Ceux qui luttent dans la nuit et qui ne savent pas si leur vie a du sens.
Choisissons de regarder tous ceux-là qui ignorent pourquoi ils se battent, ni pourquoi c’est si dur.

Parfois, la vie est réellement un enfer.
Parfois tout s’écroule. On se dit « comment se peut-il que cette vie-là soit la mienne? »
On pleure, on crache, on hurle, mais rien n’y fait.

Il faut accepter de mourir un peu.
Cette personne que nous étions n’est plus vraiment la même.

Et pourtant, un jour, alors qu’on n’y croyait plus, alors qu’on ne l’espérait pas, la lumière reprend peu à peu le dessus.
D’abord de façon invisible, à peine perceptible.
Puis de plus en plus fortement. Cette aube, enfin, recouvre notre vie entière.

Alors les peines du passé ne comptent pour rien, car cette lumière vaut tout l’or du monde, et bien plus encore.
Alors, on commence à comprendre que l’on est malgré tout encore vivant, debout, prêt à affronter la vie.
Et l’on se rend compte, aussi, que durant ces moments de ténèbres nous avions en nous malgré tout quelque-chose nous maintenant profondément en vie.
La vie qui ne nous abandonnera pas, qui est là quoi qu’il advienne, et qui parfois est si douce et si belle que l’on sait que ces aurores-là permettent de tout affronter, tout donner, tout offrir, tout admirer.

Et parfois, j’admire ma vie, même si elle est parfois sombre, même si elle est parfois dure. J’admire en elle cette lumière qui ne s’éteint jamais.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s